Jeudi 24 décembre 2015 tagCréativité, tagTalents

Les acteurs du projet "L'Âge de Glace, le Temps des Dinosaures, l'Expérience 4D"

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Interview croisée des différents acteurs du projet. Dans le projet de L’Âge de Glace, le Temps des dinosaures, l’Expérience 4D, ils ont combiné leurs compétences pour repousser les limites de l’immersion. Histoire d'une jolie collaboration pour une seule ambition : le plaisir des visiteurs.

 

du Futuroscope.

Boutique.jpg

 

Comment est née l’idée d’une attraction sur L’Âge de Glace au Futuroscope ?

 

Le Futuroscope a la volonté de renouveler son offre en permanence afin que le plaisir de ses visiteurs reste intact. Le Futuroscope se visite et se revisite, car on n’y voit pas toujours la même chose. Aujourd’hui, nous avons 65 % de familles qui l’ont bien compris. Dans le même temps, les studios Blue Sky souhaitaient voir L’Âge de Glace s’incarner dans une attraction. Ils nous ont prêté leur univers et nous l’avons enrichi par notre savoir-faire technique et artistique pour créer une attraction inédite qui s’inscrit dans notre positionnement fun, festif et familial.

                                                                     

                     Olivier Héral                       Aude Paillot                      Adrien Rabat

               Directeur de création           Designer d'espace              Chef de projet

 

C’est un travail d’équipe ?

 

AR :

Pour ma part, je pilote le projet et j’assure la coordination des aspects techniques, organisationnels et logistiques. Ma formation d’ingénieur me permet d’avoir une lecture technique d’un projet et de savoir quels sont les acteurs qui doivent opérer sur l’attraction et de coordonner les différents intervenants. Parallèlement, pour faire ce métier, il faut aussi être curieux, ouvert à la culture et favoriser la communication entre les différents acteurs du projet.

OH :

Oui, une communication fluide entre les équipes créatives et techniques, des points réguliers sont nécessaires pour créer un nouveau concept. Notre principe, c’est de toujours associer et confronter un point de vue créatif et un point de vue technique. Nous sommes aussi régulièrement en relation avec Blue Sky et la Fox, les propriétaires de l’univers de L’Âge de Glace pour l’adapter le plus fidèlement possible.

AP :

Cette attraction est la concrétisation finale de ce que nous avions couché sur du papier depuis un an. Nous avions fait des montages visuels, des croquis, des élévations, des plans. Depuis juillet, nous sommes entrés dans la phase du chantier et c’est vraiment là, in situ, qu’on s’est coordonné. De réunion de chantier en réunion technique, nous avons validé les décors de roche, de glace, les peintures, les sculptures pour que cela forme un ensemble cohérent et harmonieux.

 

Comment concevez-vous le déroulé d’une attraction ?

 

OH:

Très tôt, on intègre dans notre réflexion l’expérience du visiteur. Elle commence au moment où le public entre dans l’attraction et finit quand il sort. Comme pour un scénario, nous imaginons toutes les étapes de l’expérience en créant des moments de tension forte et des moments de calme pour vraiment scénariser toute l’attraction. Les vingt minutes qui vont consister à l’ immersion vont être pensées, écrites et mises en scène de façon à ce qu’on ait plusieurs moments forts.

 

Comment sont imaginés tous les effets 4D que l’on ajoute au film pour créer une véritable immersion dans l’histoire ?

 

AR :

Nous avons le fonctionnement d’une salle 4D avec du mouvement. Ensuite nous avons développé des effets innovants comme, par exemple, des lanceurs de balles qui vous donnent le sentiment d’être dans une bataille de groseilles géantes.

OH :

En tout, nous avons une dizaine d’effets différents qui jouent comme sur une partition 30 à 40 fois sur les 11 minutes du film. Certaines fois même, ils se conjuguent pour créer un nouvel effet.

 

Quels sont les plus Futuroscopiens ?

 

OH :

La mise en scène est surdimensionnée vu les volumes impressionnants du bâtiment. Il n’y a nul autre endroit au monde où l’on peut obtenir cette même densité d’effets sur un théâtre. Dernier point, on invite les visiteurs à se vêtir d’une peau de bête pour vivre l’expérience. Le fait de se costumer fait qu’on se prête plus facilement au jeu et que l’on rentre pleinement dans l’univers. La différence Futuroscope, c’est de mettre tout en oeuvre techniquement et artistiquement pour pousser les limites de l’immersion toujours plus loin.

 

Comment le Futuroscope arrive à se renouveler si régulièrement ?

 

OH :

Nous avons de l’inspiration (rire), nous la trouvons de par le monde, nous sommes sensibilisés à divers univers. Ce qui nous intéresse, c’est de voir les tendances, découvrir ce qui se passe ailleurs, les univers qui émergent et qui offrent au Futuroscope des possibilités de développement. Nous continuons à créer et à développer nos propres contenus comme pour notre future grosse attraction en 2016.

AR :

Pour ma part, je reviens juste de Floride, où se tient le salon international des parcs d’attractions. Cela a été l’occasion de rencontrer des fournisseurs, des gens du métier, de voir les tendances, les modes et de visiter les parcs américains qui sont de grandes références pour les attractions et qui travaillent sur les dernières innovations.

 

 

Jeudi 24 décembre 2015 tagCréativité, tagTalents
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Sur le même sujet
  • Vendredi 25 août 2017
    Equipe FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope - Et de 5… Coralie DEMAY, toute d’or vêtue! [lire l'actualité]
  • Mardi 25 juillet 2017
    Cyclisme : ça roule pour Charlotte Bravard de l’équipe FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope ! [lire l'actualité]
  • Mercredi 8 mars 2017
    L’équipe Féminine FDJ-Nouvelle Aquitaine-Futuroscope: dans la cour des grands ! [lire l'actualité]
  • Jeudi 23 février 2017
    Le Top de la technologie pour mêler sensations et émotion [lire l'actualité]
  • Jeudi 15 décembre 2016
    Le Noël des Minimoys au Futuroscope [lire l'actualité]
Voir tous les communiqués