Jeudi 17 décembre 2015 tagAttractions, tagCréativité

Une expérience 4D parmi les héros de L’Age de Glace

  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin

Conçue à partir de la projection en 3D d’une séquence de L’Age de Glace, le Temps des Dinosaures issue du troisième volet des longs métrages d’animation, cette attraction invite toute la famille à participer à une aventure immersive et participative dans l’univers de L’Age de Glace.

Entrée.jpg

Une étape préliminaire pour se sentir bien dans sa peau… de bête !

 

Surprise ! Dès leur arrivée dans l’attraction, les visiteurs sont invités à se munir de peaux de bête. Pour être acteur d’une aventure se déroulant à l’ère glaciaire, autant arborer le look vestimentaire adapté ! Ainsi accessoirisés, les visiteurs progressent ensuite sur une mezzanine surplombant un espace consacré à Scrat ! Bien que cette espèce d’écureuil préhistorique n’occupe qu’un rôle secondaire dans L’Age de Glace, Scrat est aujourd’hui devenu l’un des héros qui suscite tant d’affection de la part du public que le Futuroscope l’a naturellement placé au centre de l’espace. Deux écrans, intégrés dans un décor de rochers, de glace et de neige diffusent les meilleurs gags de l’écureuil étourdi. Des mobiles givrés à l’effigie des héros de la saga, flottent dans l’espace et, comme si Scrat n’avait pas assez de péripéties à affronter, un gland géant monte et descend sans cesse pour mieux lui échapper ! L’humour entre en jeu, signe annonciateur de la nature de l’expérience 4D qui attend les visiteurs : une aventure hilarante !

 

 

 

Le Futuroscope repousse encore plus loin les limites de l’immersion

Une mise en scène sur-mesure

 

Devant l’attraction, les visiteurs sont accueillis par Sid, le héros de l’attraction, statufié avec trois oeufs de tyrannosaure. L’entrée s’effectue par un tunnel dont les parois ont été peintes à la manière d’une caverne préhistorique. Elles représentent, dans un style rupestre, les silhouettes des différents protagonistes de L’Age de Glace.

Le tunnel débouche sur un espace de photo-capture où, entre amis ou en famille, les visiteurs revêtus de peaux de bêtes peuvent poser dans un décor glaciaire avant de rejoindre un espace dédié au personnage de Scrat. Une surprise attend les visiteurs dès leur entrée dans le pré-show. Un gland énorme, d’une dimension de 3 mètres de large sur 4,15 mètres de haut, est suspendu au plafond par une branche. Comme s’il voulait encore échapper à Scrat, il monte et descend. En contrebas de la passerelle sur laquelle les visiteurs déambulent, des décors de roche, de neige, de glace et d’herbe réalisés en béton projeté sculpté et peint in situ, rappellent l’univers de L’Age de Glace. Ils forment un écrin dans lequel viennent s’intégrer deux écrans vidéo qui diffusent les meilleurs gags de Scrat. Les portes de l’attraction s’ouvrent sur une salle à l’ambiance « glaciaire ». Sur scène, des rochers sont dispersés tandis que les murs latéraux sont parés de décors en résine sculptés. Sur l’écran qui fait face à une plateforme de 210 places, Scrat est figé dans la glace, seuls ses yeux bougent.

Pour L’Age de Glace, le Temps des dinosaures, l’Expérience 4D, le Futuroscope a associé la mise en scène artistique d’un univers connu à une combinaison d’effets techniques inédite. Avec Arthur, l’Aventure 4D et La Machine à Voyager dans le Temps des Lapins Crétins, attractions toutes deux saluées par le prix de meilleures attractions au monde, le parc en a déjà prouvé la maîtrise et poursuit son développement, fort de ce savoir-faire.

 

 

 

Un dispositif immersif unique au monde

 

Le Futuroscope a mis au point un dispositif 4D fait surmesure par ses équipes de création. Elles se sont appliquées à rendre l’expérience visuelle en 3D « plus vraie que nature » en développant des effets qui procurent des sensations autres que visuelles ou auditives. Elles se sont attachées à concrétiser les éléments du film qui, avec la 3D, semblent sortir de l’écran, pour qu’ils jaillissent « en vrai » au plus près des spectateurs, créant beaucoup d’interactivité avec eux.

Le dispositif repose sur le déclenchement d’effets sensoriels tels que des effets de laves, des chutes de neige, des jets de fausses groseilles, des effets de vent, des « leg ticklers » qui provoquent des chatouillis au niveau des jambes… En tout, plus d’une dizaine d’effets viennent ponctuer une projection d’images en 3D et se synchroniser avec l’action du film à raison d’une quarantaine de fois, se combinant parfois pour créer de nouveaux effets sensoriels. Intégrés dans la salle ou sur la plateforme vibrante, ils viennent « augmenter » le caractère immersif de la projection. Les acteurs du projet se sont efforcés à puiser les lumières d’ambiance du film pour les faire rayonner dans la salle, sur des décors sculptés, et plonger ainsi davantage les visiteurs dans l’atmosphère de l’aventure. Des effets stroboscopiques et une lumière effet jour participent aussi de leur immersion.

Par cette réalisation, le Futuroscope fait l’exercice réussi d’une attraction en 4D unique au monde tant elle est offre le maximum d’effets qu’il est aujourd’hui possible de réaliser pour que le public se sente acteur de son expérience.

Jeudi 17 décembre 2015 tagAttractions, tagCréativité
  • PARTAGEZ SUR
  • twitter
  • facebook
  • linkedin
Sur le même sujet
Voir tous les communiqués